I TRACKERS / THE VALLEY

AHLAM SHIBLI
I

> du 24 septembre au 2 novembre 2008

Biographie de l'artiste


Une discrétion nomade

La signification du verbe «cacher» ou «se cacher» varie considérablement en fonction de la situation et du contexte dans lesquels il est employé. L’acte de cacher peut être rassurant ou dangereux, héroïque ou lâche, naturel ou exceptionnel. Pour ceux qui exercent le pouvoir et sont habitués à cette pratique, cacher quelque chose ou quelqu’un est généralement un acte illicite et subversif. Pour ceux qui n’ont pas de pouvoir, se cacher est un acte de survie et une façon d’attendre que les choses changent. Les gouvernants font croire que l’envie de dissimuler est la conséquence d’un sentiment de honte ou de culpabilité, mais les gouvernés savent parfaitement bien qu’elle émane d’une ruse et d’une intelligence qu’ils admirent et dont ils ont besoin. Ahlam Shibli est une photographe du caché. Elle photographie des témoignages, des traces, des endroits, de personnes qui sont restés dans l’ombre. En tant que photographe palestinienne, elle se situe bien entendu du côté de ceux qui cachent et sont cachés. Elle vit à couvert avec eux. Certains sont vivants, d’autres morts. Je ne pense pas qu’elle croie en l’Histoire. Je pense qu’elle croit que les morts, les absents, sont tout simplement ailleurs. Elle travaille furtivement, non parce qu’elle veut s’entourer de secret ou souhaite prendre ses sujets au dépourvu (elle respecte chacune de leurs défenses), mais parce qu’elle doit déjouer les généralisations, car elle sait que les généralisations font le jeu des puissants, des ignorants et des arrogants. Elle sait que, très fréquemment, ce qui est précieux se cache, à l’inverse des bijoux portés par les riches. Elle s’est rendu compte que la poussière de chaque endroit sans nom a un goût qui lui est propre. Ses images de demeures sont tellement vides qu’elles auraient pu être prises par un fantôme. Pas même un photographe ne s’y trouvait. Et cette discrétion a peut-être un lien avec la condition de nomade. Les nomades prévoient, passent et regardent en arrière, mais on les voit pas arriver.

Et c’est de cette façon qu’Ahlam Shibli s’approprie merveilleusement un appareil photo. Cette incomparable artiste est une prophétesse qui ne trahira jamais un secret.

John Berger
Traduction: Valérie Espinasse
Cet article a été publié dans le catalogue Ahlam Shibli, Lost
Time.
Ikon Gallery, Birmingham, 2003

À propos des séries "Trackers" et "The Valley"

Tentant de comprendre ses propres conditions de vie, dans
plusieurs projets, Ahlam Shibli aborde la situation de la
population palestinienne sous autorité iraélienne. “Trackers”
est une série de 85 photographies prises en 2005. Il y est
question de Palestiniens d’ascendance bédouine qui ont servi ou
servent comme volontaires dans l’armée israélienne. Le projet
évoque le prix qu’une minorité est forcée de payer à la majorité, soit pour être acceptée, soit pour changer d’identité, soit pour survivre, ou pour toutes ces raisons à la fois.

Les photographies de la série “The Valley“ ont été prises en
2007 dans le village appelé Arab al-Shibli et sa campagne en
Basse-Galilée. En 1948, les habitants de ce qui porte
maintenant le nom d’Arab al-Shibli ont dû changer le nom de
leur village de façon à démontrer qu’ils se distanciaient de la
résistance vis-à-vis des combattants juifs. Ils furent
également obligés d’échanger leurs bonnes terres contre les
terres en friche des réfugiés qui avaient déserté le village pour
le Liban, la Syrie ou la Jordanie, terres qui furent réclamées
plus tard par l’Etat d’Israël et ensuite remises en vente à
l’attention des villageois. “The Valley“ est un témoignage sur
les situations que créent les incessantes violations du droit des
Palestiniens à la terre.



Cette exposition est présentée dans le cadre de Masarat
Palestine 2008,
une initiative du CGRI et de la Délégation
Générale de la Palestine sous le haut patronage de la Ministre
des Relations Internationales de la Communauté française et
de Mahmoud Darwish, avec le soutien de la Ministre
de la Culture. Conception et réalisation: Les Halles.
Avec l’aide de la COCOF.





































































. Ahlam Shibli,
Untitled (The Valley n° 10),

extrait de la série "The Valley",
38 X 57,7 cm, 2008
Digital Print,
© Ahlam Shibli